Jaulny

Page précédente

Pendant la construction du trajet du TGV-Est, un gisement extrèmement fossilifère en oursins dans les environs du vilage de Jaulny fut ouvert dans les années 2003 - 2004. Ce petit village se trouve dans la vallée de la Rupt de Mad en proximité de Thiaucourt-Regniéville, pas loin de Pont-à-Mousson en Meurthe-et-Moselle. Le TGV traverse la vallée par un viaduc (le "Viaduc de Jaulny"), les collines sur les deux côtés de la vallée furent tranchées profondément pour les voies.

Au cours de ces travaux, des gisements marneuses oolithiques du Bajocien (Jurassique moyen) ont vus le jour qui contenaient des milliers d'oursins de l'espèce Clypeus plotii. C'est une espèce irrégulière de taille impressionnante qui n'est pas rare parfois sur les champs de Lorraine - mais en qualité presque toujours misérable. Des spécimens bien préservés donc étaient extrèmement rares et chers. Ici, on pouvait les récolter par des milliers maintenant, en qualité presque toujours impeccable! Leur diamètre varie normalement entre 6 et 8 cm, mais des spécimens exceptionnellement grands avec 10 cm n'étaient pas tellement rares:

Clypeus plotii, spécimen exceptionnellement large, peuplé après sa mort par plusieurs Serpulides, vu d'en haut:

La meme pièce, vue d'en bas:

Leurs prix donc chutaient jusqu'à quelques Euros (sur Ebay). Mais en été 2004 les travaux sur le trajet en ces endroits se terminaient, depuis que les gisements "oursinifères" ne sont plus accessibles donc, ce site vraiment centenaire n'existe plus - et les prix maintenant sont de nouveau en train d'augmenter lentement. Clypeus plotii n'est pas une espèce vraiment rare, on la trouve du Jura Suisse jusqu'en Angleterre, mais ses fossiles sont très sensibles à la dégradation par les éléments. Une nuit de gel suffit pour faire sauter la coquille délicate, délaissant nu le moule interne marneux, ne révélant plus rien des structures de l'ancien animal.

Mais quand même, tout n'est pas perdu! Sur les champs à côté des voies, on a toujours des chances aux découvertes - même si les Clypeus plotii beaux sont redevenus rares. Au-dessus des "couches à Clypeus" il y a d'autres couches "oursinifères", surtout avec des oursins petits du genre Nucleolites.  On y trouve surtout N. clunicularis et N. scutatus. Evidemment, le plus grand nombre de ces oursins sont sévèrement endommagés, mais dans les morceaux de calcaire sur les champs on trouve toujours des oursins bien préservés. Avec du bonheur, on peut même découvrir des groupes d'oursins dans un petit morceau de roche:

Tout un "nid" de Nucleolites clunicularis sur une roche de 11 x 9 cm - une accumulation de coquilles d'animaux morts par des courants marins :

Voici trois Nucleolites particuliers: en haut, N. clunicularis (3,5 cm), en bas, un petit spécimen (2,5 cm) de N. scutatus (?). Cette espèce-ci peut atteinde une taille de jusqu'à 5 cm, mais de telles pièces sont le plus souvent fort endommagées:

Et il y a aussi toujours des Clypeus dans les "couches à Nucleolites": vraissemblablement un petit (6 cm) Clypeus plotii:

Finalement, il y a encore d'autres oursins dans ces gisements. Mais ils sont toujours très rares comparés aux espèces dominantes Clypeus plotii, Nucleolites clunicularis et N. scutatus. Des petits oursins réguliers du genre Acrosalenia furent retrouvés de temps en temps. Voici une autre espèce irrégulière, Holectypus depressus (en haut, 2,1 cm), comparée à un spécimen de la même espèce de la Sarthe (alentours du Mans, en bas, 2,8 cm), vus de leur face dorsale et ventrale:

 

La préparation des oursins a été assez facile parfois: Surtout les Clypeus grands dans les marnes noires ont pu être dégagés facilement avec du KOH (potassium hydroxide) qui a vite amolli les couvertures marneuses. Mais pour enlever les incrustations calcaires qui se trouvaient de temps en temps dans les marnes il a fallu d'une fraise petite. L'enlèvement des restes du KOH se fait le mieux en brossant le fossil intensivement avec du vinaigre, par lequel on peut normalement éviter le rinçage avec de l'eau des journées entières.

La préparation des oursins inclus dans les morceaux de calcaire par-contre est souvent très pénible: On doit enlever la roche avec une petite fraise et un graveur pneumatique, mais il faut être très prudent - la Calcite des coquilles minces des Nucleolites (ca. 0,3 mm d'épaisseur!) est parfois plus molle que la roche. Enlever la plupart de la roche avec le graveur, puis dégager très prudemment la coquille de la dernière couverture avec une petite fraise fine.

Tous les fossiles présentés sur cette page: collection Uli Siegel, Sarrebruck